L'Histoire

Steel-K, une aventure qui débute en 2020. Un parcours atypique ? Oui c’est un peu comme je définis ma vie, mais aussi mon état d’esprit. De la Normandie à la Haute-Savoie, je peux vous dire que j’en ai fait du chemin. Parce qu’il faut se le dire, la metallerie n’a pas toujours fait partie de ma vie. Je découvre dans un premier temps le travail de la soudure très jeune avec beau-papa. Et je vous arrête tout de suite, non ce n’était pas dans le but d’être bien vu ! Alors, vous me direz mais comment ce milieu peut attirer une femme ? Et bien ce qui était sûr c’est que depuis petite, j’aimais créer. Jouer avec le métal c’était déjà mon dada.  Et ça a été comme une graine semée qui mettra un certain nombre d’années à germer. Puis je me suis rendue compte que c’était l’outil de mes envies. Avec lui, je peux tout faire, tout imaginer, tout réaliser. 

Steel-K, une aventure qui débute en 2020. Un parcours atypique ? Oui c’est un peu comme je définis ma vie, mais aussi mon état d’esprit. De la Normandie à la Haute-Savoie, je peux vous dire que j’en ai fait du chemin. Parce qu’il faut se le dire, la metallerie n’a pas toujours fait partie de ma vie. Je découvre dans un premier temps le travail de la soudure très jeune avec beau-papa. Et je vous arrête tout de suite, non ce n’était pas dans le but d’être bien vu ! Alors, vous me direz mais comment ce milieu peut attirer une femme ? Et bien ce qui était sûr c’est que depuis petite, j’aimais créer. Jouer avec le métal c’était déjà mon dada.  Et ça a été comme une graine semée qui mettra un certain nombre d’années à germer. Puis je me suis rendue compte que c’était l’outil de mes envies. Avec lui, je peux tout faire, tout imaginer, tout réaliser. 

on FAIT
TOMBER LE MASQUE

Après une dizaine d’années passées à conseiller les vins et servir de bons petits plats, je décide d’oser. Oser me reconvertir et peaufiner les bases de la soudure que j’avais acquis. Aussitôt dit, me voilà parée à découvrir le monde de l’Industrie. Bon, heureusement que le caractère et la volonté y était, car j’ai bien vite compris que j’allais ramer à me faire des amis. Et bien oui, une petite nana aux ongles vernis, sourcils épilés et piercing au nez qui débarque pour souder, ça en fait rire plus d’un. Mais avec du recul, je me rends compte que ce combat s’est fait tout naturellement, car j’étais armée, soutenue et avant tout, je croyais en moi et c’est grâce à tout ça que j’ai réussi à construire ma confiance. 

Après une bonne année à me faire ma place, puis 4 ans à découvrir toutes les facettes du métier de soudeur, le contact humain, et l’envie d’exister m’ont poussé à me lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

C'est en oeuvrant que le goût de la création, viendra.

LE GRAND TOURNANT

Comme dirait Tonton David, chacun sa route, chacun son chemin. Et moi, c’est aujourd’hui que je trace le mien grâce à deux activités distinctes. L’une, en prestation de service en soudure pour les entreprises industrielles. L’autre, la création, celle qui me nourrit le coeur. 

En attendant, c’est au fond de mon jardin, dans mon atelier, que je laisse libre cours à mon imagination. Je dois avouer que j’ai la chance d’avoir un contexte idyllique pour créer. De mes 2 grandes fenêtres, je vois les fraises pousser, les oiseaux chanter, les poules se balader et mon chat à mes côtés. Être face à la vie, la nature, le bonheur à l’état pur… c’est ça qui m’inspire, la simplicité, et toutes ces petites choses de la vie.

« Ce qu’il y a de plus beau dans la création artistique  c’est justement cette part féminine, cette musique qui n’en finit pas de chanter. »

Je suis d’accord avec tout sauf le fait d’être une artiste, je veux juste qu’on me voit moi, Caroline (alias Karo) en tant que personne, ni plus, ni moins. L’artiste, c’est vous, vous qui me confier vos projets, vous et vos idées que je mets en lumière, vous et vos créations que j’aspire à faire briller.